jump to navigation

Rapport accablant de la Cour des comptes sur la Securite sociale 10 septembre 2008

Posted by mutuelle in Actualites.
Tags: , , , ,
add a comment

Ce matin, la Cour des comptes a publié son rapport annuel. Elle appelle « à redresser d’urgence les comptes de la Sécurité sociale ».

La Cour des comptes évalue le déficit du régime général à 10,5 milliards d’euros pour 2007, et non à 9,5 milliards d’euros, comme cela avait été annoncé par le gouvernement.

Deux points ont été mis en avant par la Cour des comptes pour les recettes et les dépenses, les exonérations de cotisations et les objectifs de la branche maladie.

Pour les exonérations de cotisations sociales consenties aux entreprises, la Cour des comptes recommande de les réduire et préconise de les limiter aux entreprises de moins de 20 personnes.

Pour les objectifs de la branche maladie, elle met en avant le fait qu’ils sont régulièrement dépassés, comme par exemple en 2007, avec un dépassement de 3 milliards d’euros. La Cour des comptes donne l’exemple de l’objectif des soins de ville, qui aurait été fixé de manière «irréaliste », et qui serait en parti responsable de ce dépassement, en 2007. En effet, cet objectif était une baisse des soins de ville de 2,5%, et ceux-ci ont augmenté de 5% !

La Sécurité sociale, et l’assurance maladie sont  au centre de l’actualité depuis quelques mois. Ce nouveau rapport ne fait qu’aggraver un constat déjà lourd.

Je voudrais, pour finir, reprendre une phrase du discours de M. Philippe SEGUIN, premier président de la Cour des comptes, à la conférence de presse de ce matin : « La Cour est bien consciente de la difficulté politique et sociale à remettre en cause des avantages en matière de prélèvements ou de prestations. Mais ne rien faire aujourd’hui risque de conduire à des réformes autrement plus rudes qui remettraient en cause les piliers mêmes de notre système de protection sociale. »
Cette phrase résume bien la situation. Si rien n’est fait aujourd’hui, et faire veut dire accepter de remettre en cause certains de nos avantages, nous risquons (et surtout nos enfants) bien pire d’ici peu !

Publicités