jump to navigation

Les mutuelles Carrefour Banque ou Banque Casino, vous connaissez ? 9 janvier 2012

Posted by mutuelle in Actualites.
Tags: , ,
add a comment

Carrefour et Casino sont partis à l’assaut du marché de la complémentaire santé et des mutuelles.

Avec les prêts immobiliers, les prêts hypothécaires, les crédits à la consommation, les crédits auto/moto, les prêts pour travaux, avec les placements bancaires et financiers, les assurances, l’assurance-vie, les cartes de crédit, on aurait pu penser que les grandes enseignes de la grande distribution avaient fait le tour de leurs possibilités de proposition.

Il n’en est rien. A leur riche panoplie, Carrefour banque et Banque Casino ajoutent des contrats de Mutuelle Santé.

La banque Casino propose des formules sur mesure de contrats de Mutuelle Santé, avec une offre de bienvenue de un mois offert sur la cotisation. La demande peut être faite en ligne en trois volets : informations personnelles, choix de la formule de Mutuelle Santé, souscription en ligne.

Il n’y a pas de questionnaire médical, pas de limite d’âge. Le souscripteur bénéficie d’une assistance immédiate 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Carrefour Banque propose aussi sa Complémentaire Santé. Elle se décline en quatre formules : la formule optimale, la formule médiane, la formule intégrale et la formule intégrale plus.

Dans les Intégrale et Intégrale Plus, il n’est compté aucun jour de carence. Dans ces deux formules et la Médiane, il est versé 150 euros de prime de naissance. Dans toutes les formules, il n’y a rien à avancer avec le tiers-payant.

Pour une revue complete de cette banque, consultez la page Carrefour banque de Rachat2pret.com

 

Publicités

Enfin, un comparateur d’assurance géolocalisé en France 29 décembre 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
Tags: , , ,
add a comment

LeComparateurAssurance.com est un comparateur d’assurance proposant de comparer gratuitement et sans engagement les mutuelles santé. Lancé en début d’année 2011, c’est le premier comparateur d’assurances géolocalisé en France. Cela est une innovation de premier plan qui répond aux besoins des foyers français en recherche de complémentaire sante.

Indépendant des assureurs et des compagnies d’assurance, Le Comparateur Assurance référence plus de 1300 contrats d’assurance santé du marché pour proposer le devis de mutuelle ou de complémentaire santé qui correspond le plus à vos besoins. Sans me tromper, je crois savoir que c’est le comparatif de contrats d’assurance santé le plus large du marché.

Le fonctionnement est pour le moins simple : vous déterminez votre besoin précis en termes de garanties et de remboursements parmi les options proposées par les contrats de complémentaire santé : soins médicaux et pharmacie, hospitalisation, optique, dentaire. Vous indiquez également si vous préférez un interlocuteur à distance (web ou téléphone, les contrats avec un maximum d’économies) ou une agence près de chez vous.

Certes, le prix d’une mutuelle santé est un critère de choix important. Mais les garanties proposées et le niveau de service (une agence à côté de chez vous par exemple en cas de problème) le sont tout autant.

Le Comparateur vous propose dans un comparatif assurance à la fois simple et détaillé les devis de mutuelle correspondant à vos besoins et uniquement ceux-ci. Des outils astucieux vous permettent ensuite d’affiner votre choix et de sélectionner le contrat qui vous correspond, vous permettant de réaliser une économie de 30% en moyenne, et ceci en conservant les mêmes garanties.

Julie.

Les complémentaires santé étudiantes aidées par le gouvernement 4 décembre 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Suite à la revalorisation de la taxe spéciale sur les contrats de complémentaire santé dits « responsables » de 3,5 à 7% cet été, les mutuelles étudiantes s’étaient insurgées et avaient demandé au ministre de l’Enseignement supérieur de réagir rapidement afin de ne pas répercuter cette hausse des tarifs sur les contrats des étudiants.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez a décidé de soutenir les mutuelles étudiantes.

Il a par ailleurs déclaré : « Parmi les bonnes conditions d’étude de nos étudiants, il y a la santé. Les étudiants ne doivent pas faire les frais d’une rigueur aveugle ».

Les mutuelles étudiantes ont donc obtenu gain de cause.

Elles ont en effet signé avec la Caisse Nationale d’assurance maladie, un accord au ministère de l’Enseignement Supérieur la semaine passée, qui prendra effet le 1er janvier prochain.

L’assurance maladie versera 52 euros de remise de gestion par étudiant et par an.

Les mutuelles étudiantes considèrent que cet accord devrait compenser la hausse de la taxe spéciale sur les complémentaires santé et par conséquent ne pas augmenter les tarifs pour l’année à venir, elles se disent satisfaites de cet accord.

En revanche, rien n’est encore décidé pour l’année 2012-2013.

Les mutuelles étudiantes souhaitent que cet accord soit reporté pour les années à venir afin de conserver une protection de santé efficace pour les étudiants.

Il faut savoir que 600.000 étudiants souscrivent une complémentaire santé chaque année.

Ce chiffre est en constante chute, la situation des étudiants est de plus en plus précaire surtout en matière de santé.

Près de 10% des étudiants se sont « démutualisés » au cours des quatre dernières années en raison du cout élevé des complémentaires santé, et près de 20% des étudiants ne sont pas couverts par une mutuelle.

Ces dernières années, la LMDE (la mutuelle des étudiants) a constaté que les étudiants souscrivent des contrats de complémentaire santé de moins en moins couvrants car moins chers.

Les étudiants sont par conséquent moins bien protégés et à terme ils se soignent peu ou renoncent aux soins par manque de moyens.

 

Les organisations étudiantes se battent pour la santé des étudiants 30 octobre 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Les organisations étudiantes sont furieuses contre le gouvernement qui a récemment revalorisé la taxe sur les contrats des complémentaires santé, ce qui selon elles, aura a long terme un effet néfaste sur la santé des étudiants et leur accès aux soins.

Il faut savoir que la santé des étudiants concernant l’accès aux soins se dégrade d’année en année, ce qui est dû au fait que les cotisations des étudiants ne cessent de croitre.

Depuis 2007, leurs cotisations auprès des complémentaires santé ont augmenté de 7,4%.

Le budget annuel moyen d’un étudiant est de 490 euros pour 2011.

Les organisations étudiantes se battent auprès des gouvernements successifs afin d’obtenir plus de sécurité en termes de santé, leur situation étant extrêmement précaire.

Aujourd’hui, avec le doublement de la taxe (de 3,5% à 7%) sur les contrats des complémentaires santé dits responsables, taxe qui a été créée l’an dernier seulement, les étudiants devront déboursés plus de six millions d’euros dès l’an prochain.

Les syndicats UNEF & FAGE, principaux syndicats étudiants représentant 75% des élèves de l’Enseignement Supérieur, considèrent cette taxe « injuste, inefficace et dangereuse, elle (cette taxe) agit comme une épée de Damoclès en fragilisant nos mutuelles deja sous financées ».

Rappelons que la moitié des étudiants vit avec moins de 600 euros par mois ce qui laisse à penser que la plupart d’entre eux sont dans une situation précaire et qu’ils doivent jongler au jour le jour avec les dépenses prioritaires afin de respecter leur budget.

Malheureusement, ils renoncent en général à la santé ce qui les libère d’un gros poste de dépense.

La dernière enquête menée au printemps dernier a révélé qu’un peu plus d’un tiers des étudiants avait renoncé à des soins faute de moyens financiers (contre un quart de la population générale).

Ce phénomène est d’autant plus marqué pour les étudiants ne bénéficiant pas de complémentaires santé (19% en 2011 contre 13% en 2005).

Les organisations étudiantes rappellent que si les cotisations des complémentaires santé étudiantes ne cessent de croitre, la qualité des soins, elle, est restée la même.

Elles réclament aujourd’hui au Ministre de l’Enseignement Supérieur, Laurent Wauquiez d’agir en leur faveur et de soumettre deux nouvelles mesures.

La première serait d’exonérer de TCA (taxe dur le chiffre d’affaires) les contrats des ressortissants du régime étudiants de la Sécurité Sociale, ce qui représenterait une enveloppe de sept millions d’euros.

La seconde serait de mettre en place une nouvelle aide à la complémentaire sante pour les étudiants.

PLFSS 2012: les complémentaires santé de nouveau mises à contribution 25 septembre 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Le 22 septembre dernier, le gouvernement présentait le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012.

La mesure visant à taxer les contrats dits responsables des complémentaires santé devrait rapporter le plus (1,1 milliard d’euros) suivie d’une nouvelle mesure mettant à contribution l’industrie pharmaceutique pour un montant de 770 millions d’euros.

Le Parlement a effectivement adopté début septembre la mesure qui taxera un peu plus encore cette année les contrats responsables qui représentent 90% des contrats des complémentaires santé.

Cette taxe inventée l’année dernière passera de 3,5% à 7% pour l’année à venir et rapportera 1,1 milliard d’euros.

La mutualité dénonce cette taxe qui, pour elle, devra indéniablement être répercutée sur les cotisations des adhérents et qui, à terme, contraindrait les Français à renoncer à contracter une complémentaires santé et donc à renoncer aux soins.

Cette mesure a donné la semaine dernière naissance à une vice polémique. La GMF a en effet annoncé la semaine dernière qu’elle ne répercutera pas cette taxe sur les cotisations des assurés contrairement aux recommandations du Président de la Mutualité française, M. Caniard, qui estime que toutes les complémentaires santé n’ont pas les « épaules assez solides » pour financer cette nouvelle mesure.

Le gouvernement souhaite par ailleurs une baisse du prix des médicaments et notamment des génériques, entre autres, et met donc à contribution l’industrie pharmaceutique pour un montant de 770 millions d’euros.

Les médicaments remboursables à 15% ne sont en revanche pas concernés par le plan de financement 2012 au grand regret des complémentaires santé.

Il faut savoir que depuis l’avènement de la vignette orange en 2006, ces médicaments peu ou pas performants ont couté près de 900 millions d’euros aux ménages et aux complémentaires santé.

Ces nouvelles mesures devraient permettre de réduire le déficit de la Sécurité Sociale de 9, 9 milliards d’euros à 5,9 milliards d’euros.

Il convient toutefois de préciser qu’une grande incertitude règne autour des ces prévisions dans un contexte économique instable.

Nouvelle taxe pour les complémentaires santé 30 août 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Dans le cadre de sa politique de rigueur, le gouvernement a annoncé la semaine dernière, une nouvelle taxe sur les contrats «solidaires et responsables ».

Cette taxe s’ajoute à celle de l’an dernier et consiste à doubler la taxe sur les contrats dits solidaires.

Il faut savoir que 90% des contrats des complémentaires santé sont des contrats « solidaires et responsables » et donc concernés par cette nouvelle taxe.

Cette taxe spéciale sur les activités d’assurance qui n’existait pas encore en 2010 a grimpé à 3,5% en 2011 pour atteindre 7% en 2012.

Les complémentaires santé devront par conséquent débourser 1,2 million d’euros pour cette année ainsi que la modique somme de 2,2 millions d’euros l’année prochaine.

Si l’accès aux soins est mis à mal par le gouvernement, c’est le contrat « responsable » qui est remis en question.

Il était jusqu’à présent moins taxé que les autres contrats.

En contrepartie, les complémentaires santé devaient pousser les assurés à utiliser le parcours de soins recommandé par la sécurité sociale et ce, afin de limiter la sélection médicale qui consiste à établir le montant des cotisations en fonction de l’état de santé de l’adhérent.

Concernant l’accès aux soins, le monde des complémentaires santé s’insurge.

L’Unocam, organisme qui regroupe les principales structures existantes de complémentaires santé, craint que cette nouvelle taxe entraîne une nouvelle dégradation de l’accès aux soins.

Il paraît clair que cette taxe sera très rapidement répercutée sur les cotisations qui subissent depuis trois années consécutives des hausses significatives.

De son côté, le Président de la mutualité française, Etienne Caniard, dénonce une mesure « injuste incohérente et inefficace ».

Pour d’autres, « les conséquences de cette politique seront bien plus lourdes que les économies budgétaires générées ».

Les mutualistes de tous bords craignent une fois encore que le système de soins français ne se dégrade entraînant avec lui la santé des Français.

Ils craignent tous que les Français renoncent à contracter une complémentaire santé, que l’accès aux soins deviennent de plus en plus difficile et donc que les Français renoncent tout simplement à se soigner.

Les complémentaires santé prêtes à rembourser les dépassements d’honoraires du secteur optionnel ? 31 juillet 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Le problème des dépassements d’honoraires est de nouveau mis en cause car il est à l’origine pour une partie des Français d’un renoncement aux soins.

Il est question aujourd’hui non pas d’annuler ces dépassements mais de les limiter grâce au système de secteur optionnel.

Ce projet initié par la Sécurité Sociale, les complémentaires santé et les médecins en est encore au stade des discussions qui ont pour date butoir fin septembre.

Le fonctionnement de ce système est simple.

Il vise à limiter les dépassements des secteurs les plus difficiles.

Les disciplines comme l’anesthésie, la chirurgie et l’obstétrique sont montrées du doigt.

Les spécialistes jusqu’à présent autorisés à pratiquer les dépassements d’honoraires (secteur 2) pourront volontairement changer de statut et facturer les dépassements au maximum 50% plus cher que le tarif de la sécurité sociale.

C’est là que les complémentaires santé interviennent, elles devront prendre en charge ces nouveaux dépassements ce qui n’étaient jusqu’à présent pas toujours le cas.

Pour ne pas pénaliser les quatre millions de Français qui vivent sans complémentaire santé, le système de « secteur optionnel » requiert que 30% au moins des actes médicaux soient facturés sans dépassement.

En contrepartie, les médecins qui participent à ce projet bénéficieront de réduction de cotisations sociales et pourront fidéliser leur patientèle qui sera assurée d’un montant de dépassement d’honoraires qui n’augmentera plus.

Ce système connait toutefois de sérieuses limites.

Tout d’abord, les spécialistes du secteur 1 qui n’ont eux pas le droit de pratiquer les dépassements d’honoraires sont encore une fois laissés pour compte.

Par ailleurs, certes ce système visant à modérer la facturation des dépassements des spécialistes les plus gourmands arriverait à ses fins, il inciterait néanmoins les plus raisonnables d’entre eux à facturer systématiquement le maximum autorisé.

Enfin les complémentaires santé n’ont pas encore accepté le projet intégralement. Elles n’ont pas encore certifié qu’elles prendraient en charge les dépassements facturés par ce nouveau système et personne ne peut les y contraindre.

Ce n’est pas la première fois qu’un projet visant à limiter les dépassements d’honoraires est discuté.

Le dernier en date ressemble étrangement à ce nouveau projet mais n’a jamais été mis en place par manque d’empressement des complémentaires santé.

Les différentes parties se sont données jusqu’à fin septembre pour aboutir à un accord.

 

Les étudiants ont moins recours aux complémentaires santé 2 juin 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Selon la troisième enquête nationale de la Mutuelle des Etudiants réalisée avec l’Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des étudiants auprès de 8 700 étudiants provenant de toutes les académies, les étudiants ont de moins en moins recours aux complémentaires santé faute de moyens.

Ils renoncent par conséquent aux soins et renoncent à leur santé.

Cette étude a révélé que la situation sociale des jeunes s’est réellement dégradée ces dernières années.

Un étudiant sur deux vit effectivement avec moins de 400 euros par mois et 26% d’entre eux rencontrent des problèmes pour terminer leurs fins de mois uniquement à cause de dépenses vitales (alimentation…).

Ils sont par ailleurs de plus en plus dépendants de leur famille qui est devenue une véritable source de revenus bien plus que les aides sociales.

Seulement 38% des étudiants bénéficient d’une bourse, d’aides au logement ou des allocations familiales.

De plus en plus d’étudiants sont donc obligés d’accepter des jobs plus ou moins précaires pour financer leurs études et leurs dépenses structurelles.

20% d’entre eux pensent cependant que le temps passé au travail ainsi que l’énergie et la fatigue qui y sont dépensées le sont au détriment de leurs études.

Faute de moyens, les étudiants renoncent aux soins.

19% d’entre eux n’ont pas de complémentaire santé, un tiers ne souhaite pas consulter et un étudiant sur cinq renonce aux traitements médicaux prescrits.

La LMDE, complémentaire santé des étudiants tire le signal d’alarme auprès du gouvernement.

Elle réclame que soit instauré le chèque annuel de 200 euros pour tous les étudiants comme l’avait promis l’actuel Président de la République, Nicolas Sarkozy.

Pour pallier à ce problème, les collectivités territoriales ont été obligées de réagir et de financer une aide à l ‘acquisition d’une complémentaire santé de 100 euros pour certaines, de prendre en charge une partie des frais de santé pour d’autres.

La précarité, le manque de prévention ainsi que le manque de suivi médical posent actuellement un problème de santé publique mais à long terme le risque d’augmenter les dépenses de santé est grand.

La stagnation du marché de la complémentaire santé 4 mai 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Encore une fois et malgré le fait que le chiffre d’affaires des complémentaires santé connait une quasi-stagnation depuis deux ans déjà (+5,87% en 2009, +4,23% en 2010), ceux sont les assureurs privés qui tirent leur épingle du jeu et continuent de progresser alors que les institutions de prévoyance perdent, elles, du terrain.

Pour François Chadelat, directeur du fonds CMU (couverture maladie universelle), la conjoncture économique est une des causes de la très faible augmentation voire de la quasi stagnation du marché de la complémentaire santé.

Il est vrai que depuis 2008, le marché de la complémentaire santé n’a pas connu de réelle progression (+5,13% en 2008, 5,87 en 2009 et + 4,23 l’an passé).

Si le marché de la complémentaire santé progresse faiblement, les assureurs privés eux gagnent du terrain.

Ils représentent en effet, 27% du marché de la complémentaire santé du marché de la complémentaire santé avec leurs 92 sociétés d’assurance qui ont connu une hausse de 12,64% pour le seul dernier trimestre.

Il apparaît que la belle progression de deux grandes sociétés qui représentent à elles seules 21% du marché serait l’unique cause de cette hausse spectaculaire qui est donc à relativiser.

Quant aux institutions de prévoyance, elles représentent moins de 17% du marché de la complémentaire santé et connaissent elles aussi une quasi stagnation avec  une progression de 0,61% l’an dernier.

Notons que dans le cas des institutions de prévoyance, cette situation serait là aussi à relativiser car due à la très faible hausse du chiffre d’affaires de trois grosses instituions de prévoyance. Sans ces chiffres, l’évolution des instituions de prévoyance serait de 3,3%.

Enfin, en ce qui concerne les mutuelles, leur bilan est mitigé avec une hausse du chiffre d’affaire de 4,33%.

Selon le directeur du fonds CMU, ce phénomène pourrait s’expliquer par le fait que les mutuelles « essaient d’ajuster leurs tarifs au plus près » parce qu’ « elles n’ont pas d’actionnaires à rémunérer ».

Mutuelle-audition.com, la meilleure couverture pour les malentendants 29 mars 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Créée par deux spécialistes de la santé, Eric Junger de Phenix Santé et Stephen Douezy de AB Solutions, professionnel de l’audition, mutuelle-audition distribue en exclusivité les mutuelles créées par l’Adrisa, l’association pour la démocratisation, le rajeunissement, l’information et la solidarité sur les thèmes de l’audition.

Mutuelle-audition.com propose effectivement un grand choix de mutuelles et de complémentaires santé pour toute sorte de handicap qu’il soit lourd ou léger.

Il vous sera aisé de comparer leurs prix, leurs avantages en quelques clics via le site internet mutuelle-audition.com.

En France, suite à une récente étude, la vie sociale des malentendants s’est révélée affectée par leur handicap.

Rappelons que près de neuf millions de Français vivent avec un handicap auditif, que le taux de chômage des malentendants non traités est trois fois supérieur à la normale et que leurs revenus moyens est inférieur de 16% à la moyenne.

La coopération entre l’Adrisa et mutuelle-audition.com a eu des effets positifs concernant la couverture des frais de santé des malentendants.

D’une part, les aides auditives peuvent désormais être prises en charge à 100% et d’autre part des partenaires du monde de l’audition s’engagent à proposer de nouveaux équipements adaptés et pris en charge.

Vous pourrez retrouver tous les partenaires de mutuelle-audition.com sur le site internet ainsi que toutes les innovations concernant les prothèses auditives et autres équipements et toute l’information quant à leur prise en charge.

Mutuelle-audition.com met d’autre part à la disposition des internautes de nombreux dossiers explicatifs.

Un guide de l’audition est effectivement disponible sur le site de mutuelle-audition.com dans lequel il est possible d’effectuer un test auditif.

Les dossiers concernant les remboursements de la Sécurité Sociale, concernant les complémentaires santé et le tiers payant sont exhaustifs.

Pour plus de renseignements, connectez vous sur le site internet www.mutuelle-audition.com et remplissez une fiche de simulation ou une fiche contact ou encore appelez directement le 0 825 747 639, les conseillers vous répondent du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h.