jump to navigation

Enfin, un comparateur d’assurance géolocalisé en France 29 décembre 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
Tags: , , ,
add a comment

LeComparateurAssurance.com est un comparateur d’assurance proposant de comparer gratuitement et sans engagement les mutuelles santé. Lancé en début d’année 2011, c’est le premier comparateur d’assurances géolocalisé en France. Cela est une innovation de premier plan qui répond aux besoins des foyers français en recherche de complémentaire sante.

Indépendant des assureurs et des compagnies d’assurance, Le Comparateur Assurance référence plus de 1300 contrats d’assurance santé du marché pour proposer le devis de mutuelle ou de complémentaire santé qui correspond le plus à vos besoins. Sans me tromper, je crois savoir que c’est le comparatif de contrats d’assurance santé le plus large du marché.

Le fonctionnement est pour le moins simple : vous déterminez votre besoin précis en termes de garanties et de remboursements parmi les options proposées par les contrats de complémentaire santé : soins médicaux et pharmacie, hospitalisation, optique, dentaire. Vous indiquez également si vous préférez un interlocuteur à distance (web ou téléphone, les contrats avec un maximum d’économies) ou une agence près de chez vous.

Certes, le prix d’une mutuelle santé est un critère de choix important. Mais les garanties proposées et le niveau de service (une agence à côté de chez vous par exemple en cas de problème) le sont tout autant.

Le Comparateur vous propose dans un comparatif assurance à la fois simple et détaillé les devis de mutuelle correspondant à vos besoins et uniquement ceux-ci. Des outils astucieux vous permettent ensuite d’affiner votre choix et de sélectionner le contrat qui vous correspond, vous permettant de réaliser une économie de 30% en moyenne, et ceci en conservant les mêmes garanties.

Julie.

Les complémentaires santé étudiantes aidées par le gouvernement 4 décembre 2011

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Suite à la revalorisation de la taxe spéciale sur les contrats de complémentaire santé dits « responsables » de 3,5 à 7% cet été, les mutuelles étudiantes s’étaient insurgées et avaient demandé au ministre de l’Enseignement supérieur de réagir rapidement afin de ne pas répercuter cette hausse des tarifs sur les contrats des étudiants.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez a décidé de soutenir les mutuelles étudiantes.

Il a par ailleurs déclaré : « Parmi les bonnes conditions d’étude de nos étudiants, il y a la santé. Les étudiants ne doivent pas faire les frais d’une rigueur aveugle ».

Les mutuelles étudiantes ont donc obtenu gain de cause.

Elles ont en effet signé avec la Caisse Nationale d’assurance maladie, un accord au ministère de l’Enseignement Supérieur la semaine passée, qui prendra effet le 1er janvier prochain.

L’assurance maladie versera 52 euros de remise de gestion par étudiant et par an.

Les mutuelles étudiantes considèrent que cet accord devrait compenser la hausse de la taxe spéciale sur les complémentaires santé et par conséquent ne pas augmenter les tarifs pour l’année à venir, elles se disent satisfaites de cet accord.

En revanche, rien n’est encore décidé pour l’année 2012-2013.

Les mutuelles étudiantes souhaitent que cet accord soit reporté pour les années à venir afin de conserver une protection de santé efficace pour les étudiants.

Il faut savoir que 600.000 étudiants souscrivent une complémentaire santé chaque année.

Ce chiffre est en constante chute, la situation des étudiants est de plus en plus précaire surtout en matière de santé.

Près de 10% des étudiants se sont « démutualisés » au cours des quatre dernières années en raison du cout élevé des complémentaires santé, et près de 20% des étudiants ne sont pas couverts par une mutuelle.

Ces dernières années, la LMDE (la mutuelle des étudiants) a constaté que les étudiants souscrivent des contrats de complémentaire santé de moins en moins couvrants car moins chers.

Les étudiants sont par conséquent moins bien protégés et à terme ils se soignent peu ou renoncent aux soins par manque de moyens.