jump to navigation

La réforme de l’assurance santé aux Etats-Unis enfin adoptée (suite et fin) 15 avril 2010

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Le dimanche 21 mars dernier, la réforme de l’assurance santé a été votée aux Etats-Unis.

C’est une grande victoire pour le Président Obama qui n’aurait jamais pu voir le jour sans sa ténacité vu que le camp adverse s’était acharné contre cette réforme, mesure-phare du programme de Barack Obama.

 Les principales mesures de la réforme définitive de l’assurance santé américaine sont les suivantes.

Budget

Tout d’abord le budget de cette nouvelle réforme est de 940 milliards de dollars sur 10 ans. La réforme devrait réduire le déficit de 143 milliards de dollars pendant les dix premières années et ensuite de 1,2 milliards de dollars par an sur les dix années suivantes selon le bureau du budget du congrès.

Couverture

Par ailleurs, comme prévu dans les textes d’origine, la couverture est désormais étendue à 32 millions d’américains qui n’y avaient pas accès.

Obligation de souscription

Les assurés, de leur côté, ont l’obligation de souscrire à une assurance maladie sous peine d’amende.

Bourses d’assurance santé

Pour les personnes en situation financière difficile dont le revenu est compris entre 133% et 400% du seuil de pauvreté, la réforme prévoit des bourses d’assurance santé.

Familles à revenus moyens

Les familles à revenus moyens (entre 100 et 400% du seuil de pauvreté) pourront bénéficier de ces subventions. En contrepartie, elles ne pourront pas ni bénéficier de l’aide Medicaid, ni de Medicare ni d’une assurance santé offerte par leur employeur.

Financement

 La réforme sera financée par les foyers les plus aisés dès 2012, par les compagnies d’assurance (une taxe sera mise en place en 2018) et par les laboratoires qui doivent réduire le prix des médicaments.

Medicare

Le programme Medicare s’adresse aux personnes âgées qui bénéficieront de rabais sur le prix des médicaments.

Medicaid

Le programme Medicaid permet d’élargir la couverture aux personnes à faible revenu (jusqu’à 133% du seuil de pauvreté).

Obligation des complémentaires santé

 Les complémentaires santé qui avaient pour habitude de refuser systématiquement les personnes handicapées ou malades sont désormais contraintes de les accepter comme nouveaux souscripteurs. De plus, les complémentaires santé doivent permettre aux enfants jusqu’à l’âge de 26 ans de rester sur les régimes d’assurance de leurs parents.

Avortement

En ce qui concerne l’avortement, point très sensible de la réforme. Il a été voté qu’aucun fonds public ne pourra être utilisé pour financer les coûts de l’opération sauf en cas de viol, d’inceste ou de problèmes de santé de la mère.

Obligation des employeurs

Enfin, les entreprises de plus de cinquante salariés ont l’obligation d’offrir une complémentaire santé à leurs employés sous peine d’amende.

Cette réforme est la plus grande menée sur le thème de la santé aux Etats-Unis depuis quarante ans.

Elle a failli mettre en péril la carrière de Barack Obama que certains voyaient déjà perdant pour les prochaines élections, mais ceux-ci peuvent d’ores et déjà revoir leur jugement…

Publicités

L’avenir de notre système de santé solidaire vu par les Français 8 avril 2010

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Du 16 novembre 2009 au 31 janvier 2010, 4219 personnes ont répondu en ligne à l’enquête initiée par le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) sur l’avenir de notre système de santé solidaire. L’objectif de cette consultation était de pouvoir faire le point sur l’état de notre système de santé vu par les Français.

Trois idées principales ressortent de cette étude.

 Tout d’abord, le système de soins français serait de moins en moins égalitaire.

 Si notre système de soins est vu comme un modèle au regard des autres pays, 7 répondants sur 10 pensent qu’il ne permet pas un accès égal en fonction des revenus.

Seuls les bénéficiaires de la CMU et les hauts revenus nuancent ce constat sévère et ont un regard moins critique sur le système en place.

 Par ailleurs, les dépenses de santé seraient mal remboursées par la Sécurité Sociale.

 Environ, 70% des personnes ayant répondu à l’enquête estiment que la prise en charge des dépenses de santé est peu satisfaisante.

Ce sentiment est de même partagé par les personnes n’ayant jamais été confrontées par des problèmes de remboursement mais d’un autre côté est plus perçu par les personnes ayant un revenu modeste ou par les plus de 50 ans.

 Les mesures prises par les différents gouvernements depuis ces dernières années, les déremboursements des médicaments, les franchises, la hausse du forfait hospitalier ont entraîné de nombreux problèmes de prise en charge.

91% des répondants ont effectivement été confrontés au cours des 12 derniers mois à un problème de prise en charge au moins.

 Enfin, suite au désengagement financier de la Sécurité Sociale, les Français sont obligés de souscrire à une complémentaire santé.

 La plupart des répondants (84%) estiment que les dépenses de santé sont aujourd’hui mieux remboursées par les complémentaires santé que par la Sécurité Sociale.

 Le rôle des complémentaires santé est devenu très important dans notre système de santé, 96% des répondants disent en détenir une, et 86% estiment qu’elles sont devenues indispensables (88% des personnes en ALD, 89% des retraités).

 Les Français ne sont toutefois pas entièrement satisfaits de leur complémentaire santé. Seulement 12% des répondants ayant une assurance santé disent en être tout à fait satisfaits, 53% déclarent en être plutôt satisfaits.

 Ce constat est surtout dû au coût des assurances santé.

79% des répondants ont d’ailleurs constaté que le prix des complémentaires santé a augmenté, face à cette augmentation 22% ont envisagé de souscrire à un contrat moins cher et 9% de renoncer à leur complémentaire.

Le sentiment des répondants à l’égard de leur système de soins est assez controversé, les plus riches estiment qu’un financement individuel serait la solution aux problèmes, les revenus plus modestes estiment qu’un effort financier collectif est nécessaire, de même qu’une restructuration et une réorganisation du système en place.

Ils estiment aussi que les ressources et les revenus au sein de l’Assurance maladie sont mal utilisés et qu’ainsi la qualité des soins en pâtit.