jump to navigation

Un nouveau Président à l’Unocam 26 décembre 2009

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

L’Unocam, organisme qui regroupe les acteurs français œuvrant dans le domaine de la complémentaire santé, a récemment changé de Président. Fabrice Henry, ancien trésorier de la MGEN, élu le 2 décembre dernier, remplace Jean Michel Laxalt qui fut lui-même Directeur de la MGEN.

L’Unocam, Union Nationale des Organismes d’Assurance Maladie Complémentaire a été créée en 2004 et mise en place en 2005 dans le cadre de la reforme de santé afin d’affirmer et de consolider le rôle des établissements de complémentaires santé dans le système français.

Elle a pour vocation de représenter les assurances santé lors des négociations avec l’assurance maladie et les professionnels de santé. Son rôle est entre autres de faciliter la coordination des remboursements des soins de santé en négociant avec ces acteurs.

L’Unocam regroupe la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), la Fédération Française des Sociétés d’Assurance (FFSA), le Centre Technique des Institutions de Prévoyance (CTIP), le régime local d’Alsace-Moselle, le Groupement des Entreprises Mutuelles d’Assurance (GEMA) ainsi que la Fédération Nationale Indépendante des Mutuelles (FNIM).

Cette nouvelle élection n’est donc pas dépourvue de sens. Elle souligne la place prépondérante qu’occupe de la FNMF au sein de l’UNOCAM. En effet, l’Unocam est composée de 33 membres dont 17 sont issus de la FNMF, 8 sont désignés par la FFSA, 7 membres proviennent du CTIP ainsi qu’un titulaire issu de l’instance de gestion du régime local d’Alsace Lorraine.

Il faut savoir que la Fédération Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles, qui n’est pas représentée au sein de l’Unocam, a déposé un recours devant l’Etat afin de faire valoir son rôle dans le secteur de la complémentaire santé.

Par ailleurs, l’Unocam en coordonnant le dialogue entre les principaux acteurs du monde de la santé a pour objectif de réduire le déficit considérable des caisses de la Sécurité Sociale. C’est pourquoi, elle a le pouvoir de participer au projet de loi de financement de celle-ci. Elle a d’ailleurs été très active concernant le projet de loi 2010.

La nouvelle équipe va devoir se concentrer sur le nouveau secteur optionnel mis en place en 2009 visant à mettre un frein à la pratique des dépassements d’honoraires abusifs.

L’accès à la complémentaire santé reste inégalitaire 16 décembre 2009

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Sous prétexte de contenir et de réduire le déficit de la Sécurité Sociale, les pouvoirs publics ont augmenté les dépenses laissées à la charge des assurés.

Les mesures prises ces derniers mois et ces dernières années n’ont pas redressé les comptes de la Sécurité sociale mais elles ont creusé les inégalités dans l’accès aux soins ainsi que l’accès à une complémentaire santé.

 Le haut conseil de l’assurance maladie évalue à 5 millions (8% de la population) le nombre de personnes dépourvues de complémentaire sante majoritairement pour des raisons financières. Malgré la récente réévaluation de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, cette allocation reste trop insuffisante pour permettre à une grande partie des assurés sociaux de souscrire à une assurance santé. 275 000 personnes bénéficient de cette aide pour une population estimée à 2 millions de bénéficiaires.

 Pour les étudiants aussi, la situation est alarmante.

Si globalement les étudiants sont en bonne santé, 16% d’entre eux n’ont pas de complémentaire santé contre 13% en 2006. Un quart a renoncé à des soins pour des raisons financières.

Mais le manque de moyens n’est pas le seul facteur à la difficulté de l’accès aux soins des étudiants, le manque d’information a aussi sa part de responsabilités. Alors que 25% des étudiants boursiers pourraient bénéficier de la CMU seuls 6% environ en bénéficient.

 Par ailleurs, d’après le dernier rapport de la Cour des Comptes, 4,8 millions de personnes bénéficient de la CMUC (couverture maladie universelle complémentaire) ce qui représente 7,6% de la population.

Bien que la CMU (contrairement à la CMUC) dispense intégralement ses bénéficiaires  de frais médicaux, elle n’est pas une véritable garantie puisque 14% des médecins refusent des patients CMU, ainsi que 40% des spécialistes du secteur 2 et des dentistes.

 Les inégalités dans l’accès aux soins ont toujours existé mais elles risquent d’avoir des conséquences dramatiques du fait du vieillissement de la population et de la baisse de la démographie médicale des prochaines années.

Si la difficulté d’accès aux soins et aux complémentaires santé retarde le diagnostic et la prise en charge des patients avec des conséquences possibles sur leur santé, elles sont à l’origine de dépenses importantes qui n’auraient peut être pas eu lieu d’être…

Hausse des cotisations des complémentaires santé des retraités de la Poste 10 décembre 2009

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Le changement de statut de la Poste est au cœur des débats de ces dernières semaines et est à l’origine de nombreuses tensions et de nombreuses grèves. Le 14 décembre prochain, les Députés examineront le projet de transformer la Poste en Société Anonyme au 1er janvier 2010.

Ce bouleversement implique de nombreux changements liés au monopole des activités de la Poste. En effet, la Poste perdra en 2011 le monopole du traitement des lettres légères et toutes ses autres activités seront en totale concurrence.

 Mais au-delà de l’ouverture à la concurrence du marché du courrier en 2011, ce projet de loi est à l’origine d’une problématique beaucoup plus subtile entre fonctionnaires actifs et retraités. Il étend effectivement les droits des 154 700 fonctionnaires de la poste quant à leur complémentaire santé, ce qui aura des répercussions sur les cotisations des retraités concernant leur assurance santé.

Aujourd’hui, environ 140 000 fonctionnaires de la Poste ont souscrit à une complémentaire sante auprès de la Mutuelle générale. Mais un amendement a été adopté au Sénat (avec le soutien du gouvernement) donnant la possibilité à la Poste « d’adopter un régime collectif obligatoire de protection sociale complémentaire » pour ses personnels contractuels et fonctionnaires.

 Cette disposition offre donc aux fonctionnaires le bénéfice du contrat collectif réservé jusqu’à aujourd’hui à ses 100 000 contractuels. Ces derniers bénéficient d’une couverture familiale financée à 50% par l’employeur pour les cadres et à 60% pour les non cadres. Nadine Capdebosc (F3C-CFDT) estime que cette nouvelle disposition permettrait une économie de 200 à 300€ par an et par fonctionnaire.

 Si cette nouvelle disposition a de nombreux avantages pour les fonctionnaires actifs concernant leur assurance santé, elle se transforme « en perte sèche pour les fonctionnaires retraités » regrette Force Ouvrière. En effet, jusqu’à présent ils bénéficiaient de tarifs préférentiels parce qu’ils étaient soutenus par les prix élevés que les fonctionnaires payaient à leur complémentaire sante. L’extension du contrat collectif aux fonctionnaires justifie donc des ajustements de tarifs.

Fource Ouvrière craint par conséquent que cette avancée pour les fonctionnaires actifs représente un recul financier pour les fonctionnaires retraités de la Poste.

Expatriés français et complémentaire santé 3 décembre 2009

Posted by mutuelle in Actualites.
add a comment

Bien que les expatriés bénéficient souvent de nombreux avantages, ils ne souhaitent pas être lésés en matière de santé, et désirent conserver un niveau de remboursement des soins médicaux équivalent à leurs habitudes en France. Pour cela, ils ont le choix d’adhérer à la CFE (Caisse de Français à l’Etranger) en complément d’une assurance santé.

Il faut savoir qu’à l’inverse des Français vivant en France, les expatriés français ont le choix ou non d’adhérer à la CFE ou à l’une de ses branches uniquement (maladie, maternité, invalidité, accidents du travail et maladies professionnelles, ou vieillesse).

La plupart d’entre eux, environ 160 000 personnes dans le monde, font ce choix pour la partie maladie ce qui ne les dispense pas de bénéficier du système local en parallèle. S’ils estiment ne pas être assez couverts par ce système local, il n’est pas rare qu’ils combinent une adhésion à la CFE et une souscription à une complémentaire santé.

En effet, les Français sont si attachés à leur système de soins (la plupart déclare qu’il est de loin le meilleur au monde) qu’ils se sentent souvent lésés voire désemparés si leur couverture santé n’est pas calquée sur celle de la France. Bien souvent ils souscrivent à une assurance santé dont le contrat suit les normes du système français et ce, même si le système de santé du pays d’accueil se révèle être efficace.

Par ailleurs, il arrive parfois que le système de soins du pays d’accueil impose la souscription à une complémentaire santé. Il peut s’agir de pays développés où l’accès aux soins est difficile car les prestations sont très onéreuses comme aux Etats-Unis, aux Emirats Arabes Unis ou au Canada mais aussi de pays émergents où les soins standards sont bon marché mais les autres prestations sont hors de prix.

Les contrats des complémentaires santé peuvent être souscrits directement dans les pays d’accueil mais pour éviter tout problème, il est préférable de les signer via un assureur français spécialisé dans les contrats pour expatriés.